Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lysandre
Ft. Dark Choco Cookie (Cookie Run)

Lysandre NytH25K

Code:
https://i.imgur.com/NytH25K.png
 
Je suis le personnage de Alken et je parle en firebrick !
Carte d'identité

Nom complet
Lysandre Crawford
Date de naissance
2018
Âge
30 ans à sa cryonie, 33 maintenant
Genre
Masculin
Orientation
Greysexual

Nationalité
Franco-Ecossais
Langues parlées
Français, Anglais (avec un bon accent)

Taille
1m82
Couleur des cheveux
Noirs (avec quelques mèches qui ont viré au blanc)
Couleur des yeux
Bleus
Autres marques distinctives
Un œil manquant (le gauche), nombreuses cicatrices sur tout le corps

Cryonie
Génération 1
Ruche
Feuille de Châtaignier

Trois questions

Quel était son métier et ses occupations avant la cryonie
Parachutiste dans l'armée tout d'abord, puis instructeur de survie en milieu hostile, chargé de former les soldats pour qu'ils soient prêts à se débrouiller en cas de problème de ravitaillement.
Qu'est-ce qui lui manquera le plus
La possibilité de pouvoir dormir sur ses deux oreilles sans craindre le moindre danger. Et puis l'idée de pouvoir voir un psy, aussi. Ca lui ferait sacrément du bien.
Quel est son objectif sur Gaïa
Survivre. Pourquoi pas former quelques personnes qui en auraient besoin pour mieux tenir dans ce nouveau monde. Sur le long terme, Lysandre aimerait former un nouveau cadre ; une sorte de village avec d'autres survivants pouvant compter les uns sur les autres pour retrouver un semblant de civilisation.

Objets personnels choisis

• La gourmette portant le nom de son père
• Une bague de sa mère qu'il peut porter au petit doigt
• Son propre couteau suisse, qui l'accompagne depuis son enfance.
Lysandre Image
Caractère

Lysandre, c'est un type qui a été transformé par les deux événements majeurs de de sa vie : le moment où il fut porté disparu et qu'il pensait mourir seul et oublié, et maintenant cette cryonie qui l'a porté qui sait combien de temps dans le futur.
S'il avait autrefois les loisirs communs à bien des gens comme sortir s'amuser, boire, aller au cinéma, il avait fini par se porter uniquement sur sa carrière en ne trouvant comme réelle distraction que le sport et l’entraînement, et parfois de longues randonnées. Passé pour mort pendant près de deux mois, il avait appris à vivre au jour le jour et à ne plus compter que sur lui-même. S'il s'était réjouit de retrouver la civilisation, il en avait perdu cet éclat qui le poussait autrefois à penser plus loin que le jour suivant. Lorsqu'on lui a proposé de passer instructeur, il avait accepté. Ça occuperait ses journées. Lorsqu'on lui avait proposé plus tard d'intégrer le Projet Perséphone, il avait accepté aussi.
Ça lui offrait un but sur un horizon un peu plus lointain.

S'il semble grognon et parfois hautain, c'est juste par manque d'expression. Il n'est finalement pas désagréable quand il discute, juste peu communicatif par rapport à sa propre vie car il n'en voit pas l'utilité. Sans avoir de secrets, il préfère juste parler d'autre chose. Il aime sa solitude, même si celle qu'il ressent sur Gaïa lui pèse parfois. Il sait très bien se débrouiller seul, ça ne veut pas dire pour autant qu'il est fermé à toute interaction sociale. « L'humain est un animal sociable » lui a-t-on dit un jour.
Son caractère borné fut ce qui lui joua le plus de tour dans sa vie. S'il ne veut pas de quelque chose, il le fait savoir. Heureusement que l'armée lui aura appris à faire profil bas, ça lui sera utile en cas de conflit avec un autre survivant. S'il sait qu'il serait capable de tuer, il préfère ne pas devoir en arriver là.

Dans un monde comme ça, il préfère l'union à la querelle.

Cheminement

Lysandre, un gamin des plus classiques, né à une époque où la destruction de l'humanité était encore une hypothèse mais pas une fatalité. Il a grandit comme plein d'enfants de son époque : école, collège, début d'études qu'il avait vite lâché car incapable de s'intéresser à tout ça. Il commençait à mal virer petit à petit, délaissant toutes les possibilités qu'on lui offrait pour s'intégrer dans la société, jusqu'à ce que ses parents l'obligent à faire quelque chose d'autre que s'amuser. Incapable de trouver une voie qui lui plaisait, il finit par accepter ce qu'on proposait à tous les gamins un peu paumés : l'armée.
Papiers signés, il fut rapide à prendre le pli. S'il n'avait pas pensé apprécier ça, le rythme imposé et l'ordre qui régnait ici lui plaisaient. Il trouvait enfin un but à se lever le matin, prit dans la mentalité de l'armée, fier de servir son pays. Devant ses bonnes capacités physiques grâce au sport qu'il pratiquait depuis l'enfance, il fut bientôt attaché à un groupe de parachutiste. Le niveau était un cran au dessus, et il aimait ça. L'adrénaline lorsqu'il fit son premier saut en solitaire fut l'une des meilleures de sa vie. Il avait trouvé sa voie.

Tout était parfait, jusqu'à ce que la vie décide de lui mettre un bon coup dans les pattes. Un bête entraînement en pleine jungle avec l'accord du pays en question, un allié, qu'est-ce qui pourrait mal se passer ? Ils étaient juste supposés apprendre à atterrir malgré le manque de place au sol. Et puis il y avait eu un boom, un truc violent, qui avait envoyé la plupart des hommes valser de l'autre côté de l'avion. Un truc les avait heurté, et c'était violent. L'avion penchait déjà en avant et le pilote crachait dans son micro. « Sautez ».
Lysandre avait hésité, rien qu'une seconde, puis il avait obéit. Peut-être un peu bêtement. Son parachute s'était déployé sans problème, il avait pu atterrir sans aucun soucis, mais il n'avait pas eu le temps de finir de contrôler son matériel : ils n'étaient censé sauter qu'une heure après. Sa radio ne marchait pas. Il n'avait rien pour indiquer sa position. Il tenta bien de faire un feu, mais rien. Un jour, deux jours pendant lesquels il attendit patiemment, prenant dans ses rations, puis il se rendit à l'évidence : il allait devoir trouver de quoi manger et survivre en attendant qu'on vienne le chercher. Sûrement avaient-ils eu un autre problème.
Une semaine, puis deux.
Personne.
Il était seul.

Peut-être l'avait-on déclaré disparu, après tout. Mais ce qui lui importait pour l'instant, c'était sa survie : il déploya ce qu'il savait et se creusa les méninges pour s'assurer de toujours avoir de quoi boire. Il apprit ainsi qu'il était possible de récupérer l'eau d'une liane, ou de manger certains types de racines. Il fallait qu'il survive, jusqu'à...
Deux mois et six jours, disaient les gros titres. Lysandre n'avait pas compté, mais il voulait bien y croire. Deux putains de mois à survivre, car il avait été déclaré mort bien trop vite par son groupe. Son histoire de survie remplaça rapidement celle de l'avion attaqué parmi les rangs, lorsqu'il put rejoindre à nouveau son pays. On lui proposa bien vite une place de formateur, qu'il accepta sans que ça lui fasse ni chaud ni froid. Former à la survie, il pouvait faire, maintenant.

De nouvelles années passèrent, jusqu'à ce qu'on demande à le voir. Il fut convoqué dans un bureau avec un type qu'il ne connaissait pas et qui lui parla du projet Perséphone. Un truc aussi dingue que flippant. Même lui, qui ressentait bien peu d'émotions depuis son retour, trouvait ça hallucinant. Et puis finalement, il ne mit pas longtemps à se décider. Sa vie ne lui plaisait pas. Il s'ennuyait affreusement et il ne voulait pas imaginer ce qu'il deviendrait le jour où sa retraite arriverait.

Là... On lui proposait une sorte de nouveau monde, finalement. Une cryonisation, au cas où. Au cas où ces histoires de fin du monde deviennent vraies. Il avait une réelle chance de pouvoir être utile à ce moment là, plutôt que de former des types dont le taff consistait finalement à surveiller d'autres types, qui eux-même les surveillaient en retour. Il signa son admission au Projet Perséphone à peine quelques jours plus tard. Faire ses aurevoirs à son ancienne vie ne fut pas difficile ; il n'avait pas trop d'amis, sa mère était sénile et son père était mort. Pas d'autre famille. Facile de partir.


Le réveil fut compliqué, mais pas autant qu'il l'aurait imaginé. Le plus dur fut de s'extirper de là. La ruche était tombée dans une rivière souterraine, et il avait pataugé dans l'eau dès sa sortie. Il avait à peine jeté un œil aux autres caissons autour de lui : il n'y avait personne de réveillé à côté de lui dans l'immédiat, alors il n'allait pas attendre bêtement. Il avait juste pris de quoi écrire sur sa propre capsule son prénom "Lysandre". Ainsi, si d'autres sortaient et voulaient trouver un allié, ils sauraient quel prénom chercher. Puis il sortit de la ruche et se mit à marcher pendant des heures, jusqu'à enfin trouver une sortie à cette caverne naturelle. Le grand air, enfin.

La survie, à nouveau. Sauf que cette fois, personne ne viendrait le chercher.
A nouveau, il ressentait cette sensation qui lui avait tant manqué : l'adrénaline, la vraie, celle du danger. Ca le rendait presque euphorique.

Et trois ans plus tard, il ne regrette toujours pas d'être ici. Pas le moins du monde. Peut-être qu'elle est là, sa vraie voie.
Lysandre
❦ Feuille de châtaignier
Lysandre
Lysandre
Mar 14 Fév - 22:35
Revenir en haut Aller en bas
J'aimais déjà le concept et j'aime aussi l'execution !

Je ne sais pas si tu connais le roman anglais Hatchet ? Il y a beaucoup de similitudes et le développement du personnage - qui est largement détaillé dans le livre - n'est pas trop éloigné de ce que tu nous laisse entrevoir de Lysandre.

Bref, ta fiche est validée ! Il y avait de bonnes pistes pour décrire la ruche, alors n'hésite pas à m'envoyer une description pour l'ouvrir aux petits nouveaux.

coeur2

Ah, et je me suis permise de changer l'URL de l'image 100*100 afin que le lien tienne en une seule ligne. Les scrollbars activent beaucoup trop mon OCD.
L'horizon
Omniprésence narrative
L'horizon
L'horizon
Lysandre Anime-gif-anime
https://gaia.forumactif.com
Mer 15 Fév - 5:50
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: